Le Gothique

Index par termes liés

Mots clefs

  • pouvoir
  • liturgie
  • gothique
  • cour
  • nature
  • pape
  • héraldique
  • or
  • végétal
  • orfèvre
  • carte europe
    • origineOrigine géographique
    • circulationAires de circulation
    • conservationLieu de conservation actuel
    zoom-carte

    Les fiches les plus recommandées sont :

    Rose d’or

    da Siena, Minucchio Jacobi

    Nom

    1330

    Style

    La Rose d’or, qui appartint jusqu’en 1834 au trésor de la cathédrale de Bâle, entra dans les collections du Musée national du Moyen Âge (Paris) en 1854.
    Elle est composée de deux parties distinctes, à savoir la rose et le pied. La Rose à proprement parler consiste en une tige principale ornée de deux nœuds dans sa partie basse, s’achevant en son sommet par une rose épanouie dont le centre renferme un cabochon de verroterie bleue. Cinq autres tiges sont soudées à la tige principale, sur chacune desquelles ont été fixées de petites feuilles redentées et une fleur de rose, plus ou moins épanouie. L’ensemble est entièrement réalisé en or, tandis que le pied, orné d’un nœud portant un décor complexe de filigrane et de trois écus armoriés en émail champlevé suspendus à trois crochets fixés dans la partie supérieure, est en argent doré. La rose fut vraisemblablement réalisée en 1330 par un orfèvre d’origine siennoise travaillant à la cour papale d’Avignon, Minucchio da Siena, tandis que le support semble avoir été réalisé par un orfèvre bâlois.
    Ce type de rose en or est lié à la célébration du dimanche de Laetare (quatrième dimanche de carême) depuis le XIe siècle. Durant la cérémonie, le pape prononçait son sermon en tenant la rose à la main comme un symbole de renaissance après une période de deuil. À la fin de l’office, la rose était portée en procession jusqu’à la demeure du pape qui en faisait finalement cadeau à un personnage ou, plus rarement, à une institution religieuse qu’il souhaitait tout particulièrement honorer cette année là. En 1330, la rose d’or fut offerte au comte Rodolphe de Neuchâtel, seigneur de Nideau qui prit le parti du pape Jean XXII dans le conflit opposant ce dernier à Louis de Bavière. Les écus présents sur le support sont d’ailleurs ceux des seigneurs de Nideau. Cette famille était liée à la cathédrale de Bâle, c’est pourquoi le seigneur de Nideau offrit à son tour la rose à la cathédrale vers 1389, à la mort de Rodolphe III.
    Ce type d’objet était donc réalisé chaque année par les orfèvres de la cour papale. Minucchio da Siena a réalisé dix-huit roses entre 1327 et 1346, ainsi que d’autres éléments de mobilier liturgique. Les orfèvres siennois étaient particulièrement réputés et appréciés à la cour d’Avignon, où les papes s’exilèrent en 1305 avec toute leur cour, appelant de nombreux artistes, notamment des italiens et plus particulièrement des siennois.

    La Rose d’or de Minucchio da Siena est l’un des rares exemples conservés de la production des orfèvres de la cour pontificale d’Avignon et est, en outre, le plus ancien exemple de rose d’or aujourd’hui connu. Elle constitue à ce titre un témoignage historique important, tout en étant un exemple rare et précieux de l’orfèvrerie gothique. Au XIVe siècle, l’art gothique connaît en effet une inflexion vers davantage de préciosité. L’iconographie de l’objet ainsi que l’usage de l’or illustrent ce goût. La pensée franciscaine qui appelait la communauté chrétienne à admirer la nature comme le fruit de la création divine a également amené les artistes à rechercher davantage de naturalisme dans leurs œuvres. Pour sa rose d’or, Minucchio da Siena souhaitait donc rendre toute la beauté de la fleur en ménageant des zones réfléchissant la lumière sur les feuilles et en créant des effets d’ombre grâce à la superposition des pétales. L’artiste parvient également à rendre la fragilité de la rose, chaque branche étant nettement détachée de la tige centrale et les feuilles n’étant associées à l’ensemble que par un point de soudure discret. Dans sa réalisation plastique, la rose d’or du Musée national du Moyen Âge traduit la symbolique sous-tendue par le dernier dimanche de carême qui annonce la Résurrection tout en rappelant la fragilité de la vie terrestre.
    Au-delà de sa portée liturgique, l’œuvre peut être considérée comme une véritable œuvre de cour. Par le biais de cet objet, le pape récompense l’un des puissants ayant démontré son allégeance à l’Eglise. La base que fait réaliser Rodolphe III de Nideau insiste sur la célébration de sa famille, par la présence des armes de sa maison. Insigne de pouvoir, l’héraldique servait la gloire des seigneurs et exaltait leur puissance des seigneurs tout en honorant la mémoire de leur famille. L’objet, s’il s’inscrit pleinement dans le temps qui l’a vu naître est cependant orné en son support par un nœud filigrané probablement réalisé dans le troisième quart du XIIIe siècle et remployé pour orner la rose d’or.

    MLM

    Fiches Liées :