Le Gothique

Index par termes liés

Mots clefs

  • façade
  • marbre
  • ornement
  • palais
  • gouvernement
  • balcon
  • commerce
  • eau
  • gothique
  • influence
  • Byzance
  • sculpture
  • Moïse
  • Adam
  • pouvoir
  • carte europe
    • origineOrigine géographique
    • circulationAires de circulation
    • conservationLieu de conservation actuel
    zoom-carte

    Les fiches les plus recommandées sont :

    Palais des Doges

    Nom

    1340-1423 (aile du Môle)

    Style

    Situé sur la Piazzetta de Venise, entre la basilique Saint-Marc et le Grand Canal, le palais des Doges est un édifice représentatif de la spécificité vénitienne de l’architecture gothique tardive en Italie. Il se compose de trois ailes organisées autour d’une vaste cour (le quatrième côté étant originellement constitué par le mur sud de la basilique Saint-Marc). Ses deux façades principales, la façade dite du Môle, au sud face au Grand Canal et la façade occidentale donnant sur la Piazzetta présentent une élévation à quatre niveaux : au rez-de-chaussée, un portique à arcades brisées ; au premier étage, une loggia à arcades brisées dont les baies sont redoublées ; aux deuxième et troisième étages, dont les niveaux ne sont pas délimités, un appareil maçonné unifié percé de grandes fenêtres à arc brisé et d’oculus. Cette inversion de l’ordonnance des niveaux, faisant habituellement reposer les parties légères ouvertes sur les parties massives, produit un effet spectaculaire, encore renforcé par la finesse du remplage des arcs trilobés et des roses quadrilobées des colonnes de la loggia.

    Une grande attention a été portée à la décoration des façades : des matériaux de prix tel que le marbre d’Istrie ont été utilisés pour les arcades des niveaux inférieurs ; l’alternance de marbre rose de Vérone et de marbre blanc d’Istrie pour le revêtement des niveaux supérieurs permet un jeu élégant de polychromie ; le crénelage qui couronne la façade, dépourvu de fonction défensive, ajoute au graphisme des lignes. Cette insistance sur l’aspect décoratif est un héritage de l’art byzantin qui affectionnait les revêtements colorés et les ornements. Cette survivance de la tradition byzantine rappelle la tutelle exercée par l’Empire chrétien d’Orient sur la république vénitienne du VIe au XIe siècle. Le Palais des Doges s’élève d’ailleurs à l’emplacement d’un premier palais byzantin datant du IXe siècle et la basilique Saint-Marc, qui le jouxte, est également un vestige de cette période, remanié à plusieurs reprises. Les éléments byzantins se mêlent aux spécificités italiennes, voire proprement locales, – le plan à cour centrale reprend celui des demeures princières, l’élévation dérive du palais privé vénitien – dans un vocabulaire formel gothique où se retrouvent les arcs brisés.

    Le décor est parachevé par la présence de sculptures dont l’iconographie apporte une signification symbolique adaptée au bâtiment. Bien que certains chapiteaux ne possèdent qu’un décor strictement ornemental, la plupart d’entre eux, comme les grandes sculptures des angles, sont allégoriques : ils rappellent aux détenteurs du pouvoir leurs obligations de justice et de vertu. Plusieurs chapiteaux représentent d’illustres personnages (Moïse, Solon, Aristote, Numa Pompilius) symbolisant la Vertu ou la Justice. En contrepoint, deux groupes, situés aux angles de l’ordre de la colonnade inférieure de la façade du Môle, renvoient au contraire à la faiblesse humaine : l’Ivresse de Noé (Sud Est) et la Chute d’Adam et Ève (Sud Ouest). La grande fenêtre centrale, réalisée par Pier Paolo delle Masegne, présentait une allégorie de la Justice dans une de ses niches latérales (remplacée au XVIe siècle par une sculpture d’Alessandro Vittorini). C’est encore une allégorie de la Justice qui surmonte la Porta della Carta, entrée publique officielle du palais (située entre l’aile sud et la basilique Saint-Marc) qui doit son nom à l’habitude d’afficher les décisions prises par le gouvernement à cet emplacement.

    Bien plus qu’une résidence privée pour le doge, le palais était le siège des institutions législatives, exécutives et judiciaires de la République. Son plan tripartite marque la délimitation de trois espaces. L’aile occidentale accueillait le palais de justice. Dans l’aile Sud se trouvait la salle du Grand Conseil, assemblée d’aristocrates auxquels revenait le pouvoir d’élire les membres du Conseil des Pregadi, équivalent du Sénat, les membres du Conseil des Dix, organe du pouvoir exécutif, et le doge, premier magistrat de la République, élu à vie. Le balcon ménagé dans la salle du Grand Conseil permettait à ce dernier de faire des apparitions publiques. Les appartements du doge s’étendaient sur l’aile orientale. L’accroissement considérable du nombre des nobles avait rendu impérative, au XIVe siècle, la conduite de travaux d’agrandissement et d’aménagement du précédent palais, datant du XIIe siècle, qui aboutirent à une véritable reconstruction. Les travaux, dirigés par un architecte resté anonyme, débutèrent par l’édification de l’aile du Môle de 1340 à 1423 environ. La construction de l’aile abritant le palais de justice fut achevée vers 1438. La Porta della Carta, en grande partie réalisée par Bartolomeo Bon, fut érigée entre 1438 et 1442.

    L’édifice, magnifiquement situé sur la lagune, impressionnant par ses vastes dimensions et la qualité de son décor raffiné, servait l’image de la puissante cité commerçante en plein essor. Il exerça une grande influence sur l’architecture vénitienne privée du XVe siècle : la Ca’ d’Oro (1420-1440) ou le Palazzo Foscari (1452) en sont des exemples fameux. Durant la seconde moitié du XVe siècle, les doges ne cessèrent d’agrandir et d’embellir le palais dans un style de plus en plus influencé par les innovations de la Renaissance. Les incendies de 1574 et 1577 obligèrent à de grands travaux de reconstruction. À cette époque, le palais semblait démodé et archaïque et l’idée de le reconstruire dans un style entièrement Renaissance se fit jour. Grâce à l’architecte Jacopo Sansovino, ce projet fut écarté au profit d’une reconstruction du palais dans sa forme originale.

    HG

    Fiches Liées :