Le Gothique

Index par termes liés

Mots clefs

  • illustration
  • parchemin
  • manuscrit
  • livre
  • gothique
  • luxe
  • cercle
  • ange
  • or
  • drapé
  • création
  • enluminure
  • pouvoir
  • richesse
  • carte europe
    • origineOrigine géographique
    • circulationAires de circulation
    • conservationLieu de conservation actuel
    zoom-carte

    Les fiches les plus recommandées sont :

    Bible moralisée

    Nom

    1220-1230

    Style

    Il existe aujourd’hui quatorze Bibles dites moralisées conservées dans les grandes bibliothèques du monde. On rencontre pour la première fois le terme par lequel elles ont été désignées depuis dans un livre datant du milieu du XVe siècle, où est écrit : « Cy commence le premier livre de la Bible moralizée translatée de latin en françois ». Le terme de « Bible moralisée » a été appliqué à des ouvrages plus anciens ; c’est ainsi que le Codex 2554 conservé à la Bibliothèque nationale est considéré comme la plus ancienne Bible moralisée écrite en Français.
    C’est un livre luxueux, élaboré sur parchemin (cuir de l’agneau ou de chevreau préparé pour l’écriture) ; les cent trente-et-une feuilles de grand format sont utilisées d’un seul côté et les très nombreuses illustrations, plus de mille, se retrouvent face à face. Un tel montage qui fait que, lorsqu’on tourne les pages de livre, alternent deux feuilles vierges puis deux pages remplies d’images, est très rare. Au cours de son existence, le manuscrit fut plusieurs fois relié ; les derniers cahiers ont été rassemblés sans suivre l’ordre initial du récit. Les feuilles ont été coupées, à en juger d’après les inscriptions rognées sur certaines pages.
    Chaque page de cette Bible moralisée est organisée selon le même schéma. Les scènes imagées sont inscrites dans des cercles tracés au compas qui forment deux colonnes de médaillons flanquées par des textes qui énoncent leur contenu. Les huit médaillons se lisent verticalement deux par deux. Les contours des cercles sont rouges sur les pages de droite et bleus sur celles de gauche. Les points de contact des cercles avec un autre cercle ou avec une bordure sont décorés avec des fleurons. L’espace entre les médaillons est occupé par des cadres dans lesquels sont représentés des anges ou Dieu, qui interviennent parfois dans les scènes inférieures.

    La page la plus connue du Codex viennois est son frontispice où Dieu est représenté en Architecte de l’Univers. L’inscription au-dessus de l’image précise : « Ici crie Dex ciel et terre, soleil et lune et toz elemenz ». Elle illustre le quatrième jour de la Création, avant l’apparition des animaux et de l’homme. Le Créateur, nimbé, dont les traits évoquent ceux de Jésus-Christ, esquisse un pas, les jambes fléchies. Les fins plis et les courbes des pans de la robe donnent du mouvement à l’image. Le personnage paraît démesurément grand, il remplit le cadre, outrepassant même ses limites. Ce jeu avec les délimitations de l’image est par ailleurs courant pour les enlumineurs du Moyen Âge. Sur le fond d’or, symbole de la lumière éternelle, la figure du Créateur se détache, entourée de contours d’un brun profond.
    Les traits du visage sont caractéristiques du premier art gothique : les yeux en forme d’amande ont une pupille sans iris, la bouche a une lèvre supérieure fine. Les ombres du visage créent une sensation de volume, la face étant ainsi moins schématisée et plate que dans l’art roman ou byzantin. Les plis des vêtements laissent deviner la forme du corps. Le compas installe l’acte de Création du monde dans un univers construit selon des lois géométriques.
    La Bible était au Moyen Âge la source principale du savoir, d’où étaient extraites toutes les formes de connaissances sur le monde. Son exégèse constituait un genre spécifique. Sans connaître les circonstances précises de l’élaboration de ce manuscrit, vraisemblablement issu d’un atelier parisien, sa taille, la richesse des matériaux employés (la dorure à feuille d’or) suggèrent un puissant commanditaire, soucieux d’avoir dans sa bibliothèque un manuscrit édifiant, mais aussi également symbole de sa richesse et de son pouvoir. Au milieu du XVIe siècle, le Codex 2554 appartenait à une famille lorraine, ce dont témoigne une page de parchemin dotée des 6 armoiries locales. En 1783, la Bible entre dans la Bibliothèque de la cour Impériale à Vienne avec le fonds d’un couvent. Spoliée en 1809 par Napoléon, elle fut restituée aux Autrichiens en 1814-1815.

    AB

    Fiches Liées :