Le Gothique

Index par termes liés

Mots clefs

  • saint
  • cavalier
  • influence
  • décor
  • ornement
  • gothique flamboyant
  • mécène
  • végétal
  • arbre
  • frise
  • portail
  • héraldique
  • façade
  • chapelle
  • évêque
  • écusson
  • enseignement
  • gothique
  • carte europe
    • origineOrigine géographique
    • circulationAires de circulation
    • conservationLieu de conservation actuel
    zoom-carte

    Les fiches les plus recommandées sont :

    Colegio de San Gregorio

    de la Cruz, Diego

    Nom

    1484-1496

    Style

    Le collège de San Gregorio, haut lieu de l’enseignement de la théologie, a été construit à la fin du XVe siècle (1484-1496) à l’initiative de Fray Alonso de Burgos, évêque du diocèse de Palencia. Jeune, il entre au couvent dominicain de Saint-Paul de Burgos avant d’être envoyé à Valladolid pour compléter sa formation en théologie au couvent Saint-Paul, dont il est ordonné prêtre en 1449. La Reine Isabelle de Castille le choisit comme confesseur. Il accède ainsi aux hautes fonctions ecclésiastiques, dans un premier temps comme évêque de Cordoue. Il ira ultérieurement à Cuenca puis à Palencia. Son action sur la vie artistique sera particulièrement importante dans la ville de Valladolid, devenue un foyer attractif, qui accueillera de nombreux artisans et architectes. Le plan de l’édifice a été certainement conçu par Juan Guas, architecte officiel de la reine Isabelle. Ce n’est qu’au XIXe siècle que le collège cesse ses activités d’enseignement. Il est transformé en musée national de la sculpture en 1933.

    L’ensemble, collège et chapelle funéraire de Fray Alonso, exprime le style de la dernière période du gothique flamboyant en Espagne, qualifié d’hispano-flamand. Une des caractéristiques principales de ce style, dit « des Rois catholiques », consiste en un foisonnement et une complexité des motifs ornementaux. La décoration témoigne alors des influences diverses qui dominent entre 1480 et 1530 ; ainsi constate-t-on une combinaison d’influence hollandaise mêlée au style mudéjar. Ce style hispano-flamand se développe durant le dernier quart du XVe siècle, notamment en Castille. Les centres principaux en sont Tolède, Burgos, Valladolid et Palencia.

    L’impressionnante façade, vraisemblablement construite entre 1492 et 1499, prend la forme d’un retable. Les contreforts latéraux sont divisés en trois parties ; au centre sont représentés des cavaliers encadrés par des sauvages. Ces motifs sont fréquents au Moyen Âge : les cavaliers en armure symbolisent la vertu mais la présence des sauvages est plus délicate à interpréter.
    Le linteau et les piédroits sont recouverts de motifs floraux, parmi lesquels on reconnait des fleurs de lys. Le tympan montre l’offrande du collège par Fray Alonso à saint Grégoire, reconnaissable à sa tiare papale. Les deux protagonistes sont entourés de saint Dominique et de saint Paul. Au-dessus du tympan, le décor se divise en trois panneaux verticaux. Symétriques, les deux parties latérales, montrent deux personnages tenant un lion, désignant Samson et Hercule. Des anges portent l’écusson de Fray Alonso, représenté à l’instar de celui des Rois Catholiques, patrons du collège à qui il est ainsi fait référence. La partie centrale représente une fontaine dans laquelle se trouve un arbre chargé de fruits.
    À cet abondant décor, s’ajoutent en arrière-plan, des anges, des guerriers et des sauvages entourés d’enfants, des animaux, des troncs, des branches et des fruits. Les fruits sur l’arbre semblent être des grenades. Alors que certains y voient une allusion à la conquête de la ville de Grenade, d’autres voient dans ces fruits ceux de l’Arbre de la Science, source de vie. L’écusson des Rois Catholiques, pris dans l’enchevêtrement des branches, peut, peut-être, prêter à une interprétation sociale et politique. Le décor du portail est ainsi mis en relation avec la fonction de l’édifice, dédié à la théologie et aux arts libéraux. La clé du programme semble se trouver dans la partie centrale, figurant l’arbre et la fontaine, symboles du Paradis que l’homme ne peut atteindre que par la connaissance des Arts et de la Théologie.
    Gil de Siloe et son atelier pourraient être à l’origine de cet ambitieux programme sculpté, auquel aurait collaboré le sculpteur Diego de la Cruz.

    Le cloître, bordé de murs à deux étages, est marqué par le style hispano-flamand. L’architecture de l’étage inférieur affiche une décoration sobre. Les chapiteaux de la colonnade sont ornés de croix dominicaines et de lys. On retrouve, dans les angles et sur les murs, des écussons de Fray Alonso. L’étage supérieur, est orné d’un décor foisonnant, fait notamment de balustrades ajourées sur lesquelles s’appuient de fines colonnes. Les chapiteaux, décorés de motifs végétaux, de figures humaines et d’animaux supportent des tympans richement décorés de fleurs de lys, de guirlandes de fruits et d’angelots. Une frise court le long de la partie supérieure où se trouvent l’emblème des Rois Catholiques (jougs et flèches) et leur écusson. Les deux étages sont reliés par un escalier qui s’articule en deux parties symétriques. La coexistence des styles définit l’ensemble : la partie basse et la balustrade relèvent du style gothique, tandis que le mur à bossage se rapproche davantage du style Renaissance et que le plafond à caissons est de style mudéjar.

    CG

    Fiches Liées :