Le Gothique

Index par termes liés

Mots clefs

  • enluminure
  • Flandres
  • influence
  • gothique international
  • art courtois
  • médaille
  • végétal
  • nature
  • portrait
  • gothique
  • carte europe
    • origineOrigine géographique
    • circulationAires de circulation
    • conservationLieu de conservation actuel
    zoom-carte

    Les fiches les plus recommandées sont :

    Portrait d’une princesse d’Este

    Pisano, Antonio

    Nom

    Vers 1430-1440

    Style

    Le portrait en demi-figure de la princesse d’Este réalisé vers 1430-1440 par Pisanello et conservé au musée du Louvre présente une jeune femme à mi-corps, la tête de profil tournée vers la gauche et le buste légèrement de trois-quarts sur un fond de verdure où s’aperçoivent fleurs et papillons de différentes espèces.
    L’ensemble est marqué par une grande délicatesse et constitue une description minutieuse, donnant à voir tous les détails du costume – une robe rouge par-dessus laquelle se trouve une robe chasuble blanche resserrée au-dessus de la taille, munie d’une bordure blanche, verte et rouge – comme de la coiffure et du visage. Les cheveux relevés et retenus par un ruban dégagent un front bombé et un visage aux traits fins, dont l’oreille est particulièrement observée.
    Le fond de fleurs et de papillons est également l’objet d’un traitement attentif qui rappelle la minutie des miniatures ; il témoigne de la volonté d’accompagner le modèle d’éléments ayant un rapport avec lui, qui prennent tous un sens symbolique. Les couleurs comme les motifs des vêtements, le brin de genévrier qui prend place sur l’épaule gauche, mais aussi les papillons et les fleurs sont ainsi autant de codes qui font du tableau un portrait emblématique, délicat à interpréter en raison de l’assemblage de multiples symboles. Plusieurs identifications ont ainsi été proposées pour le modèle, dans la famille d’Este, l’une des plus illustres familles princières d’Italie, dont le vase orné de perles brodé sur la robe est la devise. Les fleurs peuvent symboliser un mariage noble.

    Par son raffinement et sa complexité, le portrait apparaît comme une réponse au désir d’un art savant qui est celui des cours aristocratiques dans lesquelles évoluait Pisanello, qui naquit à la fin du XIVe siècle et partage avec son maître Gentile da Fabriano un langage subtil, correspondant au souci de magnificence de ses commanditaires. Fortement admiré de son vivant, Pisanello fut par la suite largement oublié en tant que peintre et seulement connu pour les médailles en bronze qu’il réalisait également.
    Le portrait, par la souplesse et la pureté de ses lignes comme par le raffinement de ses couleurs, témoigne du style courtois et raffiné qui fait de Pisanello un représentant majeur en Italie du gothique international. Il est ainsi marqué par l’influence des portraits français et flamands du début du XVe siècle, présentés dans une lumière égale et non pas modelés par les ombres.
    Tout en adoptant un langage commun à toute l’Europe, Pisanello impose toutefois son originalité par une formule peu courante pour les portraits : le fond habituellement neutre est remplacé par un fond figuré qui rappelle les herbiers des miniatures, mis à l’échelle d’une peinture de grand format. Bien que répondant à une commande, le portrait est ainsi fortement marqué par la personnalité de son auteur, dont la profonde curiosité envers la faune et la flore est illustrée par de nombreux dessins tout au long de sa carrière.

    PC

    Fiches Liées :