Les Avant-Gardes

Index par termes liés

Mots clefs

  • avant-garde
  • photogramme
  • moderne
  • carte europe
    • origineOrigine géographique
    • circulationAires de circulation
    • conservationLieu de conservation actuel
    zoom-carte

    Les fiches les plus recommandées sont :

    Fleur

    Moholy-Nagy, Làszló

    Nom

    Vers 1925-1927

    Style

    Cette photographie de Fleur a été réalisée par l’artiste hongrois Làszló Moholy-Nagy dans la seconde moitié des années 1920 à l’aide d’une technique spécifique : le photogramme. Ce terme désigne deux réalités distinctes ; pour le cinéma cinéma, un « photogramme » correspond à chacune des images fixes imprimées sur la pellicule d’un film. Dans le domaine de la photographie, ce nom désigne une pratique où, à la différence des techniques traditionnelles, il n’est pas nécessaire d’avoir recours à une chambre noire pour obtenir une image. Réaliser un photogramme consiste à exposer directement à la lumière une surface sensible sur laquelle ont été posés un ou plusieurs objets (ici, une fleur). Une fois exposée, cette surface est développée puis fixée. Le résultat de cette opération est donc une image négative représentant, dans des tonalités claires, la forme des objets posés sur le papier sensible, et, dans une tonalité sombre, l’arrière plan vide qui a reçu le plus fortement la lumière.

    On peut faire remonter la pratique du photogramme aux origines de la photographie. En effet, les recherches de l’inventeur du médium, le Français Nicéphore Niépce, s’apparentent en certains points à cette technique (obtention, à l’aide de la lumière, de réplications de gravures rendues préalablement translucides, vers 1816-1833). Vers 1839-1840, l’autre grand inventeur de la photographie, l’Anglais Fox Talbot, réalisa à son tour des photogrammes (de fleurs, de broderies, etc.) qu’il désigna sous le nom de « photogenic drawings » (« dessins photogénés », c'est-à-dire engendrés par la lumière). Avec l’apparition officielle (1839) et la diffusion rapide de la photographie, ce procédé se répandit. Certains travaux sont ainsi restés célèbres, comme ceux de la botaniste Anna Atkins, auteur de cyanotypes très poétiques formant un impressionnant herbier photographique (vers 1843-1850). Mais c’est à partir des années 1920 que la pratique du photogramme prit de l’ampleur et que ces images adoptèrent la forme sous laquelle on les connaît le plus aujourd’hui. Ludique, cet exercice devint un divertissement d’avant-garde et un très grand nombre d’artistes s’y adonnèrent (Christian Schad, Raoul Hausmann, François Kollar, etc.). Si le plus connu d’entre eux reste Man Ray et ses fameuses « rayographies » surréalistes, Moholy-Nagy fut l’un de ceux qui explora le plus attentivement et le plus systématiquement les possibilités de cette technique. La particularité des photogrammes des années 1920 est qu’ils mettent en scène des éléments surprenants assemblés de manière hétéroclite. Ainsi, si les photographes du XIXe siècle s’intéressaient à des objets offrant peu de relief et s’attachaient à un rendu net et fidèle (plantes séchées, broderie, feuilles, etc.), les artistes d’avant-garde comme Moholy-Nagy se plurent à recourir à des objets atypiques (verre à pied, râpe à fromage, salière, clé, marteau, etc.), aux formes abstraites, et en trois dimensions, créant ainsi des zones de flous et des déformations dues à la projection de l’ombre de l’objet sur le support. Tous ces choix participaient d’une démarche moderniste et surréaliste destinée à créer des images poétiques et mystérieuses à l’aide d’objets de la vie courante.

    Hongrois d’origine, Moholy-Nagy est l’un des principaux promoteurs de la Nouvelle Vision photographique de la première moitié du XXe siècle. Théoricien et praticien, à la fois peintre, sculpteur et photographe, il s’intéresse à tous les courants d’avant-garde, tour à tour expressionniste puis dadaïste avant de devenir constructiviste après sa rencontre en 1921 avec El Lissitsky. En 1923, il devint membre du corps enseignant du Bauhaus de Weimar, à la demande de son fondateur, Walter Gropius. À la même époque, il expérimente les possibilités offertes par la photographie (plongées, contre-plongées, photomontages, surimpressions, etc.) et réalise ses premiers photogrammes (procédé qu’il « invente », dans sa forme moderne, en même temps que Man Ray). Artiste complet et polyvalent, à l’aise dans tous les domaines (publicité, graphisme, typographie, théâtre, cinéma, etc.), il incarne parfaitement la complémentarité des arts et métiers enseignée et encouragée par le Bauhaus. À ce titre, il publie en 1925 à Munich Malerei, Fotografie, Film (Peinture, Photographie, Film), ouvrage novateur dont il signe la mise en page moderniste et dans lequel il souligne l’apport essentiel de la photographie à la création contemporaine. Après avoir quitté le Bauhaus, il s’intéresse notamment à la scénographie d’exposition et joue un rôle déterminant dans l’organisation de la grande manifestation Film und Foto (Stuttgart, 1929). Par la suite, Moholy-Nagy s’installe en Grande-Bretagne puis aux États-Unis, où il poursuit ses expérimentations photographiques, s’essayant notamment à la photographie en couleurs.

    JFC

    Fiches Liées :